L’observatoire des politiques économiques en Europe

Le tournant métropolitain de la politique régionale européenne

N° 36 -

René Kahn


Après plusieurs décennies de politique régionale visant la résorption progressive des écarts de développement (la convergence) entre les régions, la nouvelle orientation de la politique européenne dite de cohésion s’appuie résolument sur la concentration spatiale et sur les mécanismes économiques associés aux agglomérations urbaines et à la métropolisation : gains de productivité, capacités d’innovation, développement durable associé à l’écologie industrielle (densification, optimisation) et marchande ainsi qu’aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (smart cities). Cette orientation qui prône un nouveau paradigme d’organisation spatiale en Europe génère toutefois de nouvelles formes de déséquilibres, d’inégalités spatiales et de relégations territoriales, notamment dans les villes petites et moyennes insuffisamment connectées aux pôles de l’économie mondiale.

Après avoir brièvement rappelé les évolutions récentes de la politique régionale européenne et son rattachement à la stratégie Europe 2020, nous montrerons que la nouvelle politique s’appuie sur les agglomérations urbaines et en particulier sur les métropoles qui présentent des caractéristiques spécifiques et des avantages en matière économique. L’avantage métropolitain est toutefois contrecarré par des fragilités structurelles et des déséquilibres spatiaux que la politique régionale ne peut ignorer.

Les villes et les métropoles au cœur de la nouvelle politique régionale de l’Union européenne

Rappelons que les orientations stratégiques de l’Union européenne (UE) ont émergé après plusieurs décennies de politique régionale (PRE), notamment depuis la stratégie de Lisbonne (2000), Göteborg (2001) et la stratégie Europe 2020. Europe 2020 confirme sa capacité d’orientation générale des politiques économiques nationales et régionales de l’UE. Cette prise de position fait suite à de très nombreux changements d’objectifs dans le cadre de la PRE, dont le nombre a pu varier entre trois et dix, mais aussi après les orientations stratégiques communautaires de 2006 (OSC) et les anciens programmes d’initiative communautaire (PIC) dont URBAN et INTERREG. Il n’existe plus dés