L’observatoire des politiques économiques en Europe

Les ouvrages collectifs publiés par l’OPEE

N° 33 - Hiver 2015


Les politiques économiques européennes

Sous la direction de Michel Devoluy & Gilbert Koenig, 2e édition, Editions du Seuil, 2015.

Ce livre couvre tous les champs de la politique économique européenne (budget, monnaie, emploi, agriculture, industrie, élargissement, coopération internationale, etc.). Pour chaque politique, il décrit ses fondements, ses résultats, ses problèmes et ses perspectives.

Ouvrage de référence complet et accessible à un large public, il concerne aussi bien les étudiants que les citoyens soucieux de comprendre vraiment des politiques qui, plus que jamais, se trouvent au cœur des plus vifs débats.

Cette nouvelle édition est très largement refondue pour tenir compte des boulever-sements institutionnels et politiques survenus après l’échec du projet de Constitution européenne (2005) et depuis la crise financière de 2008.

Les auteurs sont des enseignants-chercheurs de l’université de Strasbourg. Ils sont membres de l’Observatoire des politiques économiques en Europe (OPEE) qui est rattaché au Bureau d’économie théorique et appliquée (BETA). L’ouvrage est dirigé par Michel Dévoluy et Gilbert Koenig, tous deux professeurs émérites à l’université de Strasbourg.

www.lecerclepoints.com

Couverture : © John Foxx/Getty Images

Éditions Points, 25 bd Romain-Rolland, Paris

14. ISBN 978.2.7578.5041.1/Imp. en France

01.15 – 10,50€

L’Europe économique et sociale : Singularités, doutes et perspectives

Sous la direction de Michel Devoluy & Gilbert Koenig, 320 pages, Presses Universitaires de Strasbourg, 2011.

L’évolution future du système européen peut se placer dans la continuité sous réserve de quelques réformes destinée à améliorer la gestion des crises économiques et de rassurer les marchés.

L’évolution future du système européen peut se placer dans la continuité sous réserve de quelques réformes destinée à améliorer la gestion des crises économiques et de rassurer les marchés financiers. Elle peut également se réaliser à la faveur de changements plus profonds qui permet- traient notamment de rapprocher le système de la conception des pères de l’Europe.

L’analyse de l’orientation actuelle du système économique et social européen permet d’évaluer le bien fondé d’une telle conception. De plus, elle lève certaines ambiguïtés, notamment celle qui porte sur la relation entre l’économique et le social. Enfin, en évaluant les performances du système et sa gestion de la crise économique de 2008-2009, elle permet de comprendre les inquiétudes que suscite son fonctionnement.

Le système économique et social européen suscite des interrogations et des doutes qui résultent surtout des ambiguïtés qui pèsent sur la nature de ses objectifs et sur sa finalité. Ces ambiguïté ont émaillé toute l’histoire du développement du projet européen qui est traversée par des tensions entre l’intergouvernemental et le fédéral, par des rivalités entre les approches libérales et interventionnistes et par des oppositions entre l’Europe des élites et l’Europe des peuples. Ces conflits résultent essentiellement des difficultés à trouver une voie satisfaisante pour assurer l’intégration européenne. Jean Monnet a joué un rôle particulièrement important dans cette recherche en essayant de faire passer dans les idées et les faits sa conception de l’intégration européenne par la voie économique. On peut voir une application de cette conception dans la création d’une union monétaire européenne.

L’Euro, vecteur d’identité européenne

Sous la direction de Gilbert Koenig, Presses Universitaires de Strasbourg, 2002. (N° ISBN 2-86420-201-2) 

L’euro peut s’imposer durablement dans l’espace européen non seulement à cause de ses avantages économiques, mais aussi grâce à sa capacité de susciter un sentiment d’appartenance à cet espace.

Cet ouvrage se propose d’étudier dans une perspective historique et économique, comment l’instauration de l’euro peut contribuer au développement d’un tel sentiment. En tant que monnaie commune à plusieurs pays, l’euro établit des liens sociaux, économiques et juridiques entre les Européens, ce qui suscite un sentiment d’attachement à une communauté. De plus, il délimite l’espace européen vis-à-vis du reste du monde, ce qui favorise l’affirmation d’une appartenance des citoyens à l’Europe par rapport à l’extérieur.

Cette affirmation se traduit notamment par une volonté de détenir une monnaie forte et susceptible de jouer un rôle important dans le système monétaire international. En tant que facteur d’intégration, l’euro façonne une organisation économique, politique et sociale à laquelle les Européens peuvent s’identifier. Ce rôle s’exerce essentiellement par l’intermédiaire de la Banque centrale européenne qui gère la monnaie commune, de l’agencement des politiques macroéconomiques que celle-ci engendre et des relations de travail qui s’établissent dans l’union monétaire.