Numéro 9 - Hiver 2003

Éditorial

Éditorial

Michel Dévoluy, Université de Strasbourg (BETA).

Moïse Sidiropoulos, Université de Strasbourg (BETA)

Au cours du dernier semestre, trois événements importants doivent attirer notre attention : le non Suédois à l’euro, le cas de la société Alstom et les difficultés du pacte de stabilité et de croissance (PSC). Ces événements n’ont pas le même poids, mais les signaux qu’ils véhiculent vont dans le même sens. Ils questionnent la doctrine sur laquelle sont fondées des politiques économiques européennes. D’abord, le non Suédois ne doit pas être interpréter comme un simple désintérêt pour la monnaie unique. Ce que les citoyens suédois ont refusé dans ce vote c’est plutôt le risque d’affaiblissement de leur système (...)

Article

Le dogmatisme budgétaire européen

Gilbert Koenig, Université de Strasbourg (BETA)

Le recours aux politiques budgétaires pour influencer la demande macroéconomique et le chômage conjoncturel semble être mis en doute dans l’UEM. Cette défiance se fonde sur des idées et des principes économiques anciens dont l’application stricte explique probablement, au moins en partie, les résultats économiques décevants obtenus dans l’UEM depuis 1999.

Article

Les contre-performances allemandes, le passage à la monnaie unique et la politique économique européenne

Eric Rugraff, Université de Strasbourg (BETA)

François Bilger, Université Louis Pasteur

2003 marquera la troisième année consécutive de difficultés économiques de l’Allemagne. Les contre-performances sont partiellement liées au fait que les règles imposées par les Allemands pour qu’ils acceptent d’abandonner le Deutsche Mark se sont retournées contre eux. Cela a conduit à une certaine inflexion de la vision allemande de la politique économique européenne.

Article

Questions sur l’avenir de la politique régionale européenne

René Kahn, Université de Strasbourg (BETA)

La politique régionale européenne existe depuis plus de 30 ans. Confrontée à des défis majeurs, l’élargissement, la mondialisation, l’avènement d’une économie de la connaissance et la limitation des moyens budgétaires de l’Union européenne, elle fait aujourd’hui l’objet d’un débat âpre, entre les experts et les États, dont les enjeux sont importants pour l’avenir même de la cohésion européenne. Le présent article s’emploie à poser les jalons de ce débat.

Article

L’aide au développement : de l’efficiacité à la crédibilité de l’aide

Gabriel Bissiriou, ‎Université de Strasbourg 2

La recherche, par l’Union européenne (UE) et les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), d’une coopération renforcée fondée sur des valeurs et des principes communs, relance actuellement les débats théoriques sur l’efficacité de l’aide au développement (AD). Notre approche s’inscrit dans cette perspective.

Article

Le taux de change euro-dollar est-il en rupture avec ses fondamentaux ?

Jamel Trabelsi, Université de Strasbourg (BETA)

La haute volatilité de la parité euro-dollar, observée au cours de ces dernières années a consolidé l’idée selon laquelle les fondamentaux ne constituent plus les seuls canaux d’explication de la dynamique du taux de change. Les flux d’informations et l’émergence de la nouvelle économie sont, désormais considérés comme étant les déterminants de la parité euro-dollar, du moins à court terme.

Article

Les événéments marquants (Juin - Novembre 2003)

Gérard Lang, Université de Strasbourg (BETA)

3 Juin : P.S.C. : Dans le cadre de la procédure pour déficits excessifs engagée en mars 2003, le Conseil des Ministres de l’UE demande à la France de présenter un plan pour ramener son déficit budgétaire au-dessous de 3% du PIB (pour une politique inchangée, il sera de 3,7% en 2003 et 3,5% en 2004), soit une réduction de près de 10 milliards d’euros. Mais ce n’est qu’à partir de 2004 qu’elle devra réduire son déficit structurel de 0,5% par an, à l’image des autres pays,sauf l’Allemagne et le Portugal qui devront l’ores et déjà le réduire respectivement de 1% et de 1,5% par an. Ce traitement de « faveur » (...)